MYCOLERON ©
Guide mycologique du pays oléronais
Famille

Espèce

Microscopie

Documentation

A propos de MYCOLERON
Ce site, à but essentiellement scientifique, vous emmène à la découverte de l'extraordinaire richesse et diversité de la flore mycologique de l'île d'Oléron.

Nous avons choisi de vous présenter chaque espèce sous forme de photos, le plus souvent possible "in situ".
Les espèces dites « banales » ou « communes » que l’on retrouve dans la plupart des ouvrages de vulgarisation sont décrites très succintement.
Les nombreuses espèces rares ou peu courantes font l’objet de développements plus importants avec selon les cas, des rubriques descriptions, micro, et documentations complémentaires (rubrique : « pour aller plus loin » qui s’adresse plus particulièrement aux mycologues avertis.
Localisation : Une carte vous est proposée seulement lorsqu’il nous a semblé opportun de situer la présence de telle ou telle espèce.

Les photos sont annotées du nom de l'auteur et vous sont présentées avec son autorisation et en restent sa propriété exclusive.
Nous vous remercions de prendre contact avec lui avant toute utilisation.

Le problème de la comestibilité

Bien que cet aspect de la mycologie est celui qui intéresse la plupart de nos visiteurs, nous ne pouvons l'aborder que très succinctement et ponctuellement, pour les raisons suivantes :
- Peu de champignons "méritent la casserole" : Dans l’immense majorité ils sont sans intérêt alimentaire et souvent toxiques.
- Une espèce ne peut être déclarée consommable qu’après une détermination précise, ce que peu de personnes sont capables de faire.
- les champignons réputés parfaitement comestibles peuvent s’avérer être potentiellement de redoutables poisons: Le paxille enroulé et maintenant le tricholome équestre ont provoqué des accidents mortels et bien d’autres exemples pourraient être cités. La mycotoxicologie est une science en pleine évolution.
- Les intolérances individuelles sont très courantes : Un exemple, le champignon de Paris –l’agaric bispore- est très mal toléré par de nombreuses personnes qui présentent des carences en enzymes indispensables à leur assimilation.
- Les pollutions de toutes sortes affectent de nombreuses espèces « comestibles » et certains scientifiques estiment que l’on ne devrait pas consommer plus de 700 grammes de champignons...par an !

Pour toutes ces raisons nous ne mentionnerons aucune appréciation de comestibilité sur les espèces présentées. Toutefois, les quelques espèces habituellement consommées sur oléron feront l'objet d'un commentaire détaillé.
Nous vous souhaitons une excellente promenade, et puisque nous sommes à Oléron : Bon surf !
Réalisation scientifique: Guy DUPUY
Réalisation technique : Martine CARLI, François MARIE DIT ROBIN
Version 3.0 - Novembre 2010
Site créé et mis en ligne en mai 2005
Réalisation scientifique: Guy DUPUY     >>> Contact
Mycoleron© 2005 Réalisation technique : François MARIE DIT ROBIN     >>> Contact
383 espèces - Dernière mise à jour le : 15 avril 2013
Administration (accès réservé)